Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Annexe A1 : Spécifications techniques-Volet 3 (matériel d'archivage, sauvegarde et stockage de proximité)

Catégories 1.0 : Dispositif de sauvegarde sur bande autonome Catégories 2.0 :  Chargeurs automatiques de bandes magnétiques Catégories 3.0 : Bandothèques Catégories 4.0 : Support de bande magnétique  Catégories 5.0 :  Stockage sur disque

ANNEXE A : SPÉCIFICATIONS DÉTAILLÉES

Renseignements généraux

Les capacités correspondent à la technologie en matière de bande magnétique de génération courante au moment de la diffusion de la présente DOC. La génération précédente de bande magnétique (p. ex. LTO3) pourrait parfois être requise afin d’assurer une rétrocompatibilité avec les supports existants.


Catégories 1.0 : Dispositif de sauvegarde sur bande autonome

1.1 Modèle de bureau

On trouvera ci-après une description d'un dispositif de sauvegarde sur bande autonome de bureau.


1.1.1 Renseignements généraux

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter :

  1. un dérouleur de bande magnétique unique logé dans un boîtier pouvant être posé sur un bureau;
  2. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  3. des témoins d'alimentation et d'activité;
  4. un mécanisme permettant de définir le paramètre SCSI ID du dérouleur de bande magnétique;
  5. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement de l'unité;
  6. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage. 

1.1.2 Capacité et performances

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement supportées par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’appareil et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


1.1.3 Connectivité

 L’unité de sauvegarde sur bande doit comporter une connexion à fibres optiques ou de série à haute vitesse conforme à la norme de l’industrie.


1.1.4 Alimentation

L'unité de sauvegarde sur bande doit disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner. 


1.1.5 Logiciels et support

  1. L'unité de sauvegarde sur bande doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

1.2 Modèle monté en bâti

On trouvera ci-après une description des spécifications d'une unité de sauvegarde sur bande montée en bâti de 19 pouces.


1.2.1 Renseignements généraux

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter :

  1. un dérouleur de bande magnétique unique logé dans boîtier monté en bâti de 19 pouces;
  2. le boîtier doit permettre de loger un deuxième dérouleur de bande facultatif, aux spécifications identiques;
  3. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  4. des témoins d'alimentation et d'activité;
  5. un mécanisme permettant de définir le paramètre SCSI ID du dérouleur de bande magnétique;
  6. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement de l'unité;
  7. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage.

1.2.2 Capacité et performances

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre 

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’appareil et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


1.2.3 Connectivité

 L’unité de sauvegarde sur bande doit comporter une connexion à fibres optiques ou de série à haute vitesse conforme à la norme de l’industrie.


1.2.4 Alimentation

L'unité de sauvegarde sur bande doit disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner.


1.2.5 Logiciels et support

  1. L'unité de sauvegarde sur bande doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana.
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

Catégories 2.0 : Chargeurs automatiques de bandes magnétiques

2.1 Chargeur automatique de petite capacité

On trouvera ci-après une description d'un chargeur automatique de bandes magnétiques de petite capacité.


2.1.1 Renseignements généraux

Le chargeur automatique de bandes magnétiques de petite capacité doit comprendre :

  1. un dérouleur de bande magnétique unique;
  2. au moins huit (8) logements de supports;
  3. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  4. des témoins d'alimentation et d'activité;
  5. un mécanisme permettant de définir le paramètre SCSI ID; 
  6. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement du chargeur;
  7. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage.

2.1.2 Capacité et performances

Le chargeur automatique de bandes magnétiques de petite capacité doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur le chargeur et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


2.1.3 Connectivité

 L’unité de sauvegarde sur bande doit comporter une connexion à fibres optiques ou de série à haute vitesse conforme à la norme de l’industrie.


2.1.4 Alimentation

Le chargeur automatique de bandes magnétiques de petite capacité doit disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner. 


2.1.5 Logiciels et support

  1. Le chargeur automatique de bandes magnétiques de petite capacité doit être directement pris en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement pris en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

2.2 Chargeur automatique de bandes magnétiques

On trouvera ci-après une description d'un chargeur automatique de bandes magnétiques doté d'un lecteur de codes à barres.


2.2.1 Renseignements généraux

  1. un dérouleur de bande magnétique unique;
  2. au moins quinze (15) logements de supports;
  3. au moins un (1) port de chargement affectable ou « tiroir de chargement »;
  4. un lecteur de codes à barres;
  5. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  6. des témoins d'alimentation et d'activité;
  7. un mécanisme permettant de définir le paramètre SCSI ID;
  8. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement du chargeur;
  9. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage. 

2.2.2 Capacité et performances

Le chargeur automatique de bandes magnétiques doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur le chargeur et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


2.2.3 Connectivité

 L’unité de sauvegarde sur bande doit comporter une connexion à fibres optiques ou de série à haute vitesse conforme à la norme de l’industrie.


2.2.4 Alimentation

Le chargeur automatique de bandes magnétiques doit disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner. 


2.2.5 Logiciels et support

  1. Le chargeur automatique de bandes magnétiques doit être directement pris en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement pris en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

2.2.6 Gestion

Le chargeur automatique de bandes magnétiques doit comporter 

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés.

Catégories 3.0 : Bandothèques

3.1 Bandothèque de petite capacité

On trouvera ci-après une description d'une bandothèque de petite capacité.


3.1.1 Renseignements généraux

La bandothèque de petite capacité doit comprendre :

  1. un dérouleur de bande magnétique unique et permettre l'ajout d'un second dérouleur;
  2. au moins vingt-et-un (21) logements de supports;
  3.  au moins un (1) port de chargement affectable ou « tiroir de chargement »
  4. un lecteur de codes à barres;
  5. un interrupteur de mise sous tension/hors tension ainsi que des témoins d'alimentation et d'activité;
  6. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement de la bandothèque;
  7. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage, par dérouleur de bande, doivent être fournies.

3.1.2 Capacité et performances

La bandothèque de petite capacité doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’unité et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


3.1.3 Connectivité

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter une connexion à fibres optiques ou de série à haute vitesse au minimum par dérouleur de bande installé dans le système.


3.1.4 Alimentation

La bandothèque de petite capacité doit disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner.


3.1.5 Logiciels et support

  1. La bandothèque de petite capacité doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

3.1.6  Gestion de la bandothèque

La bandothèque de petite capacité doit comprendre :

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés.

3.1.7  Extension de la bandothèque

  1. La bandothèque de petite capacité doit être extensible.  Dans cette catégorie, on peut prévoir des unités modulaires empilables. 
  2. Si la bandothèque de petite capacité peut prendre en charge divers formats de dérouleurs de bande magnétique, il convient d'inclure une option de réduction du prix correspondant à une réduction à zéro du nombre de bandothèque, par incréments de 1. Cette réduction doit être égale au prix d'achat de nouvelles bandothèques.

3.1.8    Robotique

La bandothèque de petite capacité doit intégrer un système de robotique de manipulation des supports que l'on peut appeler et commander par un jeu de commandes SCSI.


3.2 Bandothèque de capacité moyenne

On trouvera ci-après une description d'une bandothèque de capacité moyenne.


3.2.1  Renseignements généraux

La bandothèque de capacité moyenne doit comporter :

  1. un dérouleur de bande unique et permettre d'en loger trois (3) autres, pour un total de quatre (4) dérouleurs;
  2. quarante-deux (42) logements de supports;
  3. au moins deux (2) ports de chargement affectable ou « tiroirs de chargement »;
  4. un lecteur de codes à barres;
  5. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  6. des témoins d'alimentation et d'activité;
  7. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement de la bandothèque;
  8. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage, par dérouleur de bande, doivent être fournies.

3.2.2  Capacité et performances

La bandothèque de capacité moyenne doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’unité et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


3.2.3  Connectivité

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter deux connexions à fibres optiques ou de série à haute vitesse.


3.2.4  Alimentation

  1. La bandothèque de capacité moyenne doit disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner.
  2. Cette source d'alimentation doit être parfaitement redondante et permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque dans l'éventualité d'une panne de courant, jusqu'à ce que l'on puisse effectuer les réparations.

3.2.5  Logiciels et support

  1. La bandothèque de capacité moyenne doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana.
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

3.2.6  Gestion de la bandothèque

La bandothèque de capacité moyenne doit comporter :

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés.

3.2.7    Extension de la bandothèque

  1. La bandothèque de capacité moyenne doit être extensible.  Dans cette catégorie, on peut prévoir des unités modulaires empilables. 
  2. Si la bandothèque de capacité moyenne peut prendre en charge divers formats de dérouleurs de bande magnétique, il convient d'inclure une option de réduction du prix correspondant à une réduction à zéro du nombre de bandothèque, par incréments de 1. Cette réduction doit être égale au prix d'achat de nouvelles bandothèques.

3.2.8    Robotique

La bandothèque de capacité moyenne doit intégrer un système de robotique de manipulation des supports que l'on peut appeler et commander par un jeu de commandes SCSI. 


3.3 Bandothèque de grande capacité

On trouvera ci-après une description d'une bandothèque de grande capacité.


3.3.1  Renseignements généraux

  1. un dérouleur de bande unique et permettre d'en loger cinq (5) autres, pour un total de six (6) dérouleurs;
  2. quatre-vingt-quatre (84) logements de supports;
  3. au moins quatre (4) ports de chargement affectable ou « tiroirs de chargement »;
  4. un lecteur de codes à barres;
  5. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  6. des témoins d'alimentation et d'activité;
  7. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante annexe requise pour assurer le fonctionnement de la bandothèque;
  8. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage, par dérouleur de bande, doivent être fournies.

3.3.2  Capacité et performances

La bandothèque de grande capacité doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’unité et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


3.3.3  Connectivité

L'unité de sauvegarde sur bande doit comporter deux connexions à fibres optiques ou de série à haute vitesse.


3.3.4  Alimentation

  1. La bandothèque de grande capacité doit disposer d'une alimentation suffisante pour faire fonctionner une unité complète.
  2. Cette source d'alimentation doit être parfaitement redondante et permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque dans l'éventualité d'une panne de courant, jusqu'à ce que l'on puisse effectuer les réparations.
  3. La bandothèque de grande capacité doit avoir recours à des alimentations de courant alternatif parfaitement redondantes provenant de multiples sources distinctes d'alimentation de ce type.

3.3.5  Logiciels et support

  1. La bandothèque de grande capacité doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

3.3.6  Gestion de la bandothèque

La bandothèque de grande capacité doit comporter :

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés.

3.3.7    Extension de la bandothèque

La bandothèque de grande capacité doit être extensible.  Dans cette catégorie, on peut prévoir des unités modulaires empilables. 

Si la bandothèque peut prendre en charge divers formats de dérouleurs de bande magnétique, il convient d'inclure une option de réduction du prix correspondant à une réduction à zéro du nombre de dérouleurs de bande magnétique, par incréments de 1. Cette réduction doit être égale au prix d'achat de nouveaux dérouleurs de bande magnétique.


3.3.8    Robotique

La bandothèque de petite capacité doit intégrer un système de robotique de manipulation des supports que l'on peut appeler et commander par un jeu de commandes SCSI.


3.4 Petite bandothèque d'entreprise

On trouvera ci-après une description d'une bandothèque d'entreprise de base.


3.4.1  Renseignements généraux

La bandothèque d'entreprise de base doit comprendre :

  1. un dérouleur de bande unique et permettre d'en loger sept (7) autres, pour un total de huit (8) dérouleurs;
  2. tous les dérouleurs doivent être remplaçables à chaud; 
  3. cent soixante-huit (168) logements de supports;
  4. au moins quatre (4) ports de chargement affectable ou « tiroirs de chargement »;
  5. un lecteur de codes à barres;
  6. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  7. des témoins d'alimentation et d'activité;
  8. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement de la bandothèque;
  9. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage, par dérouleur de bande, doivent être fournies.

3.4.2  Capacité et performances

La bandothèque d'entreprise de base doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’unité et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


3.4.3  Connectivité

 L’unité de sauvegarde sur bande doit : i) offrir une connectivité FC directe ou ii) comprendre un routeur FC qui assure la connectivité.  


3.4.4  Alimentation

  1. La bandothèque d'entreprise de base doit disposer d'une alimentation suffisante pour faire fonctionner une unité complète.
  2. Cette source d'alimentation doit être parfaitement redondante et permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque dans l'éventualité d'une panne de courant, jusqu'à ce que l'on puisse effectuer les réparations.
  3. La bandothèque doit avoir recours à des alimentations de courant alternatif parfaitement redondantes provenant de multiples sources distinctes d'alimentation de ce type.

3.4.5  Logiciels et support

  1. La bandothèque d'entreprise de base doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

3.4.6  Gestion de la bandothèque

La bandothèque d'entreprise de base doit comprendre :

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés;
  5. des fonctions SNMP.

3.4.7    Extension de la bandothèque

Il doit être possible d'agrandir le châssis de la bandothèque.  Dans cette catégorie, les unités modulaires empilables ne sont pas acceptables et elles seront jugées non conformes. 

Si la bandothèque peut prendre en charge divers formats de dérouleurs de bande magnétique, il convient d'inclure une option de réduction du prix correspondant à une réduction à zéro du nombre de dérouleurs de bande magnétique, par incréments de 1. Cette réduction doit être égale au prix d'achat de nouveaux dérouleurs de bande magnétique.

3.4.8    Robotique

La bandothèque doit intégrer un système de robotique de manipulation des supports que l'on peut appeler et commander par un jeu de commandes SCSI.


3.5 Bandothèque d'entreprise

On trouvera ci-après une description d'une bandothèque d'entreprise, mise en œuvre au sein d'un centre informatique.


3.5.1  Renseignements généraux

La bandothèque d’entreprise doit comporter :

  1. un dérouleur de bande unique et permettre d'en loger quinze (15) autres, pour un total de seize (16) dérouleurs;
  2. tous les dérouleurs doivent être remplaçables à chaud;
  3. cent soixante-huit (168) logements de supports et permettre d'en porter le nombre à six cent quarante-huit (648);
  4. au moins huit (8) ports de chargement affectable ou « tiroirs de chargement »;
  5. un lecteur de codes à barres;
  6. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  7. des témoins d'alimentation et d'activité;
  8. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer le fonctionnement de la bandothèque;
  9. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage, par dérouleur de bande, doivent être fournies.

3.5.2  Capacité et performances

La bandothèque d’entreprise doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’unité et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


3.5.3  Connectivité

L’unité de sauvegarde sur bande doit : i) offrir une connectivité directe  avec les commutateurs Fabric SAN ou ii) comprendre un routeur FC interne qui assure la connectivité directe avec les commutateurs Fabric SAN


3.5.4  Alimentation

  1. La bandothèque d’entreprise doit disposer d'une alimentation suffisante pour faire fonctionner une unité complète.
  2. Cette source d'alimentation doit être parfaitement redondante et permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque dans l'éventualité d'une panne de courant, jusqu'à ce que l'on puisse effectuer les réparations.
  3. La bandothèque d’entreprise doit avoir recours à des alimentations de courant alternatif parfaitement redondantes provenant de multiples sources distinctes d'alimentation de ce type.

3.5.5  Logiciels et support

  1. La bandothèque d’entreprise doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants : 
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
  3. Le soumissionnaire doit fournir la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec la bandothèque d’entreprise, incluant la liste des systèmes d’exploitation pris en charge.

3.5.6  Gestion de la bandothèque

La bandothèque dentreprise doit comporter 

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés;
  5. des fonctions d'alerte SNMP.

3.5.7    Extension de la bandothèque

Il doit être possible d'agrandir le châssis de la bandothèque d’entreprise.  Dans cette catégorie, les unités modulaires empilables ne sont pas acceptables et elles seront jugées non conformes. 

Si la bandothèque peut prendre en charge divers formats de dérouleurs de bande magnétique, il convient d'inclure une option de réduction du prix correspondant à une réduction à zéro du nombre de dérouleurs de bande magnétique, par incréments de 1. Cette réduction doit être égale au prix d'achat de nouveaux dérouleurs de bande magnétique.


3.5.8    Robotique

La bandothèque doit intégrer un système de robotique de manipulation des supports que l'on peut appeler et commander par un jeu de commandes SCSI.  Le système de robotique doit offrir une option de redondance pour permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque avec un accès à tous les supports dans l’éventualité d’une panne jusqu'à ce que l’on puisse effectuer les réparations.


3.6 Grande bandothèque d'entreprise

On trouvera ci-après une description d'un grande bandothèque d'entreprise, mise en œuvre au sein d'un centre informatique.


3.6.1  Renseignements généraux

La grande bandothèque d'entreprise doit comporter :

  1. un dérouleur de bande unique et permettre d'en loger vingt-trois (23) autres, pour un total de vingt-quatre (24) dérouleurs;
  2. tous les dérouleurs doivent être remplaçables à chaud;
  3. mille quatre cent quarante-huit (1 448) logements de supports et permettre d'en porter le nombre à trois mille quatre cent quatre-vingt-douze (3 492);
  4. au moins seize (16) ports de chargement affectable ou « tiroirs de chargement »;
  5. un lecteur de codes à barres;
  6. un interrupteur de mise sous tension/hors tension;
  7. des témoins d'alimentation et d'activité;
  8. des câbles d'alimentation et de données, des terminateurs (au besoin) ainsi que toute autre composante annexe requise pour assurer le fonctionnement de la bandothèque;
  9. de la documentation pour les utilisateurs finaux ainsi qu'une cartouche de nettoyage, par dérouleur de bande, doivent être fournies.

3.6.2  Capacité et performances

La grande bandothèque d'entreprise doit comporter un dérouleur de bande standard LTO4 qui offre :

  1. une capacité en mode natif d'au moins 800 Go avant compression;
  2. un taux de transfert en mode natif d'au moins 120 Mo/s pour les unités pleine hauteur ainsi qu'un débit de 80 Mo/s pour les unités demi-hauteur;
  3. un débit soutenu de transfert d'au moins 432 Go/heure;
  4. les spécifications publiées relativement à la moyenne des temps de bon fonctionnement (MTBF) doivent être d'au moins 250 000 heures.

Ces spécifications minimales doivent être respectées au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de dérouleurs de bande, lesquelles sont testées et entièrement supportées par le fabricant, et confirmées par le nom apposé sur l’unité et figurant sur tous les documents connexes et rapports de certification.


3.6.3  Connectivité

L’unité de sauvegarde sur bande doit : i) offrir une connectivité directe  avec les commutateurs Fabric SAN ou ii) comprendre un routeur FC interne qui assure la connectivité directe avec les commutateurs Fabric SAN


3.6.4  Alimentation

  1. La grande bandothèque d'entreprise doit disposer d'une alimentation suffisante pour faire fonctionner une unité complète.
  2. Cette source d'alimentation doit être parfaitement redondante et permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque dans l'éventualité d'une panne de courant, jusqu'à ce que l'on puisse effectuer les réparations.
  3. La grande bandothèque d'entreprise doit avoir recours à des alimentations de courant alternatif parfaitement redondantes provenant de multiples sources distinctes d'alimentation de ce type.

3.6.5  Logiciels et support

  1. La grande bandothèque d'entreprise doit être directement prise en charge par trois des logiciels de sauvegarde suivants :
    1. Symantec NetBackup ou Backup Exec;
    2. Tivoli TSM;
    3. EMC Legato Networker;
    4. Computer Associates BrightStor;
    5. HP Data Protector;
    6. CommVault Simpana. 
  2. « Directement prise en charge » signifie que le modèle de l'unité de sauvegarde sur bande doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web de l'éditeur du logiciel ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
Note aux soumissionnaires : Pour valider la conformité aux exigences (a) et (b), le soumissionnaire doit inclure la liste des logiciels de sauvegarde compatibles avec l’unité de sauvegarde sur bande proposée, incluant la liste des systèmes d’exploitation compatibles avec l’unité. Également, en ce qui concerne l’exigence (b), le soumissionnaire doit fournir l’adresse url du site Web de l’éditeur énumérant l'unité de sauvegarde sur bande dans la liste des produits pris en charge ou il doit fournir une copie de la documentation relative à la compatibilité publiée dans son offre.

3.6.6  Gestion de la bandothèque

La grande bandothèque d'entreprise doit comporter :

  1. un panneau de gestion ACL local;
  2. des capacités de gestion sur le Web;
  3. un port Ethernet;
  4. des mécanismes de diagnostic intégrés;
  5. des fonctions d'alerte SNMP.

3.6.7   Extension de la bandothèque

Il doit être possible d'agrandir le châssis de la bandothèque d’entreprise.  Dans cette catégorie, les unités modulaires empilables ne sont pas acceptables et elles seront jugées non conformes.  

Si la bandothèque peut prendre en charge divers formats de dérouleurs de bande magnétique, il convient d'inclure une option de réduction du prix correspondant à une réduction à zéro du nombre de dérouleurs de bande magnétique, par incréments de 1. Cette réduction doit être égale au prix d'achat de nouveaux dérouleurs de bande magnétique.


3.6.8   Robotique

La bandothèque doit intégrer un système de robotique de manipulation des supports que l'on peut appeler et commander par un jeu de commandes SCSI.  Le système de robotique doit offrir une option de redondance pour permettre un fonctionnement ininterrompu de la bandothèque avec un accès à tous les supports dans l’éventualité d’une panne jusqu'à ce que l’on puisse effectuer les réparations.


Catégories 4.0 : Support vide

4.1  Support vide LTO4 (bande vierge)

Les supports pour les bibliothèques doivent être inclus dans la présente catégorie.

La réussite de l’essai de conformité sur l’échange de données LTO Ultrium de 4e génération de tous les supports proposés doit être certifiée et les produits de support de bande magnétique LTO doivent porter la marque de commerce LTO Ultrium de 4e génération.


4.2  Support vide LTO3 (bande vierge)

Les supports pour les bibliothèques doivent être inclus dans la présente catégorie.La réussite de l’essai de conformité sur l’échange de données LTO Ultrium de 3e génération de tous les supports proposés doit être certifiée et les produits de support de bande magnétique LTO doivent porter la marque de commerce LTO Ultrium de 3e génération.


4.3  Support vide DLT600 (bande vierge)

Les supports pour les bibliothèques doivent être inclus dans la présente catégorie.La réussite de l’essai de conformité de tous les supports proposés doit être certifiée et les produits de support de bande magnétique doivent porter la marque de commerce SDLT. La pièce justificative de certification doit être fournie au besoin.


4.4 Support vide LTO5 (bande vierge)

Les supports pour les bibliothèques doivent être inclus dans la présente catégorie.La réussite de l’essai de conformité sur l’échange de données LTO Ultrium de 5e génération de tous les supports proposés doit être certifiée et les produits de support de bande magnétique LTO doivent porter la marque de commerce LTO Ultrium de 5e génération.


Catégories 5.0 : Stockage sur disque et archivage

5.1 Archivage sur disque de petite capacité

On trouvera ci-après une description d'une unité de sauvegarde sur disque de petite capacité. L’unité peut être a) un mode bloc SAN; b) un mode fichier NAS; ou c) une VTL avec duplication.


5.1.1  Renseignements généraux

Chaque unité de sauvegarde sur disque doit respecter les exigences en matière de capacité et de plate-forme suivantes :

  1. les technologies et densités en matière de disques durs doivent être disponibles sur le marché, ce qui veut dire que le fabricant continue de les fabriquer et de les expédier aux clients en général;
  2. les technologies et densités en matière de disques durs doivent avoir été mises à l’essai et doivent être entièrement prises en charge dans la plate-forme de stockage par le fabricant de cette plate-forme;
  3. elle doit comprendre des lecteurs de disque dur ATA standard de série (SATA) présentant un débit de transfert de 3 Go/s, des lecteurs SCSI (SAS) prenant en charge un débit de transfert de 6 Go/s ou des lecteurs FC économiques (LCFC) offrant un débit de transfert de 4 Go/s;
  4. les options de disque disponibles doivent comprendre : 
    1. disques durs de densités surfaciques de 1 To avec une vitesse de rotation de 7 200 tours/minute:
    2. pour répondre aux exigences en matière d’alimentation, des disques durs de densités surfaciques de 2 To avec une vitesse de rotation de 7 200 tours/minute et disques durs de densités surfaciques de 1 To avec une vitesse de rotation de 5 400 tours/minute pourraient être proposés si disponibles.
  5. doit pouvoir contenir au moins 12 lecteurs de disque dur;  
  6. doit offrir un système monté en bâti standard de 19 pouces, en plus de tout style de châssis par défaut offert;
  7. doit comporter des témoins ou un panneau ACL faisant état de l'alimentation, des activités et des anomalies;
  8. doit avoir des câbles d'alimentation ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer la connexion et le fonctionnement de l’unité de sauvegarde sur disque ainsi que de la documentation pour les utilisateurs.

5.1.2  Capacité et performances

L’unité doit :

  1. comprendre au moins douze (12) disques durs ATA standard de série (SATA), SCSI (SAS) ou lecteurs FC économiques (LCFC) compatibles Réseau redondant de disques indépendants (RAID). Les unités doivent avoir une capacité de stockage totale d'au moins 12 To;
  2. inclure des lecteurs de disques fournis avec la plate-forme de stockage qui respectent les exigences minimales suivantes :
    1. SATA, SAS ou Fibre ATA,
    2. antémémoire incorporée de 16 Mo,
    3. vitesse de rotation de 7 200 tours/minute;
  3. inclure des disques qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme de stockage est en fonction, et qui ont recours à un système de contenants qui permet d'insérer et de retirer facilement les lecteurs;
  4. comporter un contrôleur matériel RAID intégré qui manipule les données des 12 lecteurs de disque et présente (a) des unités logiques, (b) des systèmes de fichier ou (c) qui est présenté sous forme virtuelle, de cartouches de bande, de systèmes de robotique et de logements de supports à un hôte relié;
  5. comprendre 128 Mo d'antémémoire d'écriture dans le contrôleur RAID intégré pour faciliter les opérations RAID;
  6. inclure un contrôleur qui prend en charge les configurations RAID suivantes :
    1. RAID-4 ou RAID-5 ou RAID-6,
    2. RAID-1 ou RAID-1+0 ou RAID-0+1;
  7. pour les unités a) SAN, permettre de configurer deux (2) ensembles RAID selon l'une ou l'autre des configurations RAID obligatoires; ou pour les unités b) NAS, les ensembles RAID propres à l'unité ne doivent pas apparaître, aux ordinateurs hôtes, sous forme de blocs, mais être plutôt présentés sous forme de systèmes de fichier CIFS et NFS; ou pour les unités c) VTL, les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de cartouches de bande;
  8. les unités a) SAN ou b) NAS, doivent permettre d'affecter un lecteur de disque dur à titre d'unité de rechange à chaud globale, laquelle reconstitue automatiquement le contenu d'un lecteur de disque dur défaillant, dans un ensemble RAID insensible aux défaillances. Ce processus doit être entièrement automatisé, en cas de détection d'une défaillance d'un disque dans un ensemble RAID insensible aux défaillances.
  9. comprendre des lecteurs de disque dur qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme est en fonction. Dans l'éventualité où il s'avère nécessaire de retirer un disque dur, en prenant pour acquis que celui-ci fasse partie d'une configuration insensible aux défaillances de la plate-forme, il ne doit y avoir de perte de données ou de quelque autre forme de répercussions que ce soit sur la plate-forme de stockage;
  10. automatiquement reconstituer tout lecteur de disque dur remplacé lors de son insertion, sans intervention de l'utilisateur au pupitre de gestion, en prenant pour acquis qu'il s'agit de remplacer un lecteur de disque dur qui faisait partie d'une configuration insensible aux défaillances;
  11. inclure des fonctionnalités RAID intégrées à la plate-forme de stockage et ne nécessiter aucune fonctionnalité de l'ordinateur hôte.

5.1.3  Connectivité

  1. Les unités SAN doivent avoir recours à l'une des interfaces de mode bloc suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :
    1. de série SCSI;
    2. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI ou FCoE;
    3. 1 canal à fibre optiques de 8 Go ou deux canaux de 4Go..

      Si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration par défaut.

  2. Les unités NAS doivent inclure un système d’exploitation à micro-noyau conçu pour offrir des services de fichiers au système de fichier Internet commun (CIFS) et au client du système de fichier réseau (NFS) par l’entremise des interfaces Ethernet incluses. Le système d’exploitation à micro-noyau peut être un système d’exploitation basé sous Windows (WSS), Linux ou Unix.

    Au moins deux interfaces Ethernet de 1 Go doivent être fournies.

  3. Les unités VTL doivent comprendre une déduplication des données en bloc de longueur variable ou fixe pour la cible et doivent être protégées par la technologie RAID. La norme RAID-5 doit à tout le moins être prise en charge. Les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de dérouleur de bande standard, de systèmes de robotique et de logements de supports.   Les unités VTL doivent avoir recours à l'une des interfaces suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :
    1. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI;
    2. 1 canal à fibre optiques de 8 Go ou deux canaux de 4Go.

      Si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration par défaut.

      REMARQUE : Pour les unités a) SAN et b) NAS, la plate-forme doit assurer la connectivité avec les plates-formes de serveur standard Intel fonctionnant sous Windows Server 2008.


5.1.4 Alimentation et refroidissement

L'unité doit présenter les caractéristiques suivantes en matière d'alimentation et de refroidissement 

  1. disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner;
  2. inclure une alimentation N+1 redondante et avoir recours à des blocs d'alimentation remplaçables à chaud;
  3. offrir une capacité de refroidissement suffisante pour prendre en charge une armoire complète, avec la capacité de stockage minimum obligatoire;
  4. tous les systèmes de refroidissement des contrôleurs du système ainsi que des lecteurs de disque dur doivent être redondants et faire l'objet, par le matériel de la plate-forme de stockage, d'une surveillance visant à détecter les défaillances;
  5. inclure des ventilateurs de refroidissement remplaçables à chaud;
  6. le système de refroidissement de la plate-forme de stockage doit être parfaitement redondant. Dans l'éventualité de la défaillance d'une composante, le système de refroidissement doit permettre à la plate-forme de stockage de continuer de fonctionner jusqu'à ce que les réparations puissent être effectuées.

5.1.5   Logiciels et gestion

L'unité doit comporter un système de configuration piloté par menus aux fins de la surveillance et de la configuration de tous les aspects du fonctionnement. Le système ayant recours à des menus peut être géré par le biais d'un panneau ACL posé sur l'unité, d'une session de terminal à saisie de caractères ou d'une interface utilisateur graphique logicielle.

Tous les pilotes et les logiciels nécessaires pour les fins du fonctionnement de l'unité doivent être inclus.


5.2 Archivage sur disque de capacité intermédiaire

On trouvera ci-après une description d'une plate-forme d'archivage sur disque de capacité intermédiaire. L’unité peut être a) un mode bloc SAN; b) un mode fichier NAS; ou c) une VTL avec duplication.


5.2.1 Renseignements généraux

Chaque unité de sauvegarde sur disque doit respecter les exigences en matière de capacité et de plate-forme suivantes :

  1. les technologies et densités en matière de disques durs doivent être disponibles sur le marché, ce qui veut dire que le fabricant continue de les fabriquer et de les expédier aux clients en général;
  2. les technologies et densités en matière de disques durs doivent avoir été mises à l’essai et doivent être entièrement prises en charge dans la plate-forme de stockage par le fabricant de cette plate-forme;
  3. elle doit comprendre des lecteurs de disque dur ATA standard de série (SATA) présentant un débit de transfert de 3 Go/s, des lecteurs SCSI (SAS) prenant en charge un débit de transfert de 6 Go/s ou des lecteurs FC économiques (LCFC) offrant un débit de transfert de 4 Go/s;
  4. les options de disque disponibles doivent comprendre : 
    1. disques durs de densités surfaciques de 1 To avec une vitesse de rotation de 7 200 tours/minute;
    2. pour répondre aux exigences en matière d’alimentation, des disques durs de densités surfaciques de 2 To avec une vitesse de rotation de 7 200 tours/minute et disques durs de densités surfaciques de 1 To avec une vitesse de rotation de 5 400 tours/minute pourraient être proposés si disponibles.
  5. doit pouvoir contenir au moins 45 lecteurs de disque dur;  
  6. doit offrir un système monté en bâti standard de 19 pouces, en plus de tout style de châssis par défaut offert;
  7. doit comporter des témoins ou un panneau ACL faisant état de l'alimentation, des activités et des anomalies;
  8. doit avoir des câbles d'alimentation ainsi que toute autre composante annexe requise pour assurer la connexion et le fonctionnement de l’unité de sauvegarde sur disque ainsi que de la documentation pour les utilisateurs.

5.2.2 Capacité et performances

L’unité doit :

  1. comprendre au moins quarante-cinq (45) disques durs ATA standard de série (SATA), SCSI (SAS) ou lecteurs FC économiques (LCFC) compatibles avec la technologie RAID. Les unités doivent avoir une capacité de stockage totale d'au moins 45 To;
  2. inclure des lecteurs de disque fournis avec la plate-forme de stockage qui respectent les exigences minimales suivantes :
    1. SATA, SAS ou Fibre ATA,
    2. antémémoire incorporée de 16 Mo,
    3. vitesse de rotation de 7 200 tours/minute;
  3. inclure des disques qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme de stockage est en fonction, et qui ont recours à un système de contenants qui permet d'insérer et de retirer facilement les lecteurs;
  4. comporter un contrôleur matériel RAID intégré qui manipule les données des 45 lecteurs de disque et présente (a) des unités logiques, (b) des systèmes de fichier ou (c) qui est présenté sous forme virtuelle, de cartouches de bande, de systèmes de robotique et de logements de supports à un hôte relié;
  5. comprendre 256 Mo d'antémémoire d'écriture dans le contrôleur RAID intégré pour faciliter les opérations RAID;
  6. inclure un contrôleur qui prend en charge les configurations RAID suivantes :
    1. RAID-4 ou RAID-5 ou RAID-6,
    2. RAID-1 ou RAID-1+0 ou RAID-0+1;
  7. les unités a) SAN doivent permettre de configurer au moins 4 ensembles RAID, selon l'une ou l'autre des configurations RAID obligatoires; elles doivent simultanément prendre en charge différents types de dispositifs RAID;

    les unités b) NAS, les ensembles RAID propres à l'unité ne doivent pas apparaître, aux ordinateurs hôtes, sous forme de blocs, mais être plutôt présentés sous forme de systèmes de fichier CIFS et NFS;

    les unités c) VTL, les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de cartouches de bande;

  8. les unités a) SAN ou b) NAS, doivent permettre d'affecter trois (3) lecteurs de disque dur à titre d'unité de rechange à chaud globale, laquelle reconstitue automatiquement le contenu d'un lecteur de disque dur défaillant, dans un ensemble RAID insensible aux défaillances. Ce processus doit être entièrement automatisé, en cas de détection d'une défaillance d'un disque dans un ensemble RAID insensible aux défaillances;
  9. comprendre des lecteurs de disque dur qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme est en fonction. Dans l'éventualité où il s'avère nécessaire de retirer un disque dur, en prenant pour acquis que celui-ci fasse partie d'une configuration insensible aux défaillances de la plate-forme, il ne doit y avoir de perte de données ou de quelque autre forme de répercussions que ce soit sur la plate-forme de stockage;
  10. automatiquement reconstituer tout lecteur de disque dur remplacé lors de son insertion, sans intervention de l'utilisateur au pupitre de gestion, en prenant pour acquis qu'il s'agit de remplacer un lecteur de disque dur qui faisait partie d'une configuration insensible aux défaillances;
  11. inclure des fonctionnalités RAID intégrées à la plate-forme de stockage et ne nécessiter aucune fonctionnalité de l'ordinateur hôte. On peut proposer, à cette catégorie, des unités NAS qui comprennent un système de fichiers en grappes de quatre nœuds offrant une protection de type RAID1 et RAID5/6 au niveau du système de fichiers. Le système de fichiers en grappes doit permettre un accès en lecture et en écriture à tous les nœuds NAS. Étant donné que les configurations de ce type offrent une autre méthode de protection des données, elles ne sont pas tenues de respecter les exigences du contrôleur RAID matériel précisées aux points iv), v), vi), vii), viii) et x) ci-dessus, mais elles doivent être conformes aux exigences mentionnées aux points ix) et xi).

5.2.3 Connectivité

  1. les unités SAN doivent avoir recours à l'une des interfaces de mode bloc suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :
    1. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI ou FCoE;
    2. Canal à fibre optique de 8 Go.

    L'unité doit offrir deux (2) interfaces de mode bloc avec l'ordinateur hôte. 

    Également, si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration par défaut.

  2. les unités NAS doivent inclure un système d’exploitation à micro-noyau conçu pour offrir des services de fichiers au système de fichier Internet commun (CIFS) et au client du système de fichier réseau (NFS) par l’entremise des interfaces Ethernet incluses. Le système d’exploitation à micro-noyau peut être un système d’exploitation basé sous Windows (WSS), Linux ou Unix.

    Au moins quatre interfaces Ethernet de 1 Go ou deux interfaces Ethernet de 10 Go doivent être fournies.

  3. les unités VTL doivent comprendre un déduplication des données en bloc de longueur variable ou fixe pour la cible et doit être protégée par la technologie RAID. La norme RAID-5 doit à tout le moins être prise en charge. Les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de dérouleur de bande standard, de systèmes de robotique et de logements de supports. Les unités VTL doivent avoir recours à l'une des interfaces suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :
    1. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI;
    2. Canal à fibre optique de 8 Go.

    Si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration par défaut.

    REMARQUE : Pour les unités a) SAN et b) NAS, la plate-forme doit assurer la connectivité avec les plates-formes de serveur standard Intel fonctionnant sous Windows Server 2008.


5.2.4 Alimentation et refroidissement

L'unité doit présenter les caractéristiques suivantes en matière d'alimentation et de refroidissement 

  1. offrir une alimentation suffisante pour faire fonctionner un système complet, tant sur le plan des contrôleurs que des tablettes logeant les lecteurs; 
  2. inclure une alimentation N+1 redondante et avoir recours à des blocs d'alimentation remplaçables à chaud;
  3. offrir une capacité de refroidissement suffisante pour prendre en charge une armoire complète, avec la capacité de stockage minimum obligatoire;
  4. tous les systèmes de refroidissement des contrôleurs du système ainsi que des lecteurs de disque dur doivent être redondants et faire l'objet, par le matériel de la plate-forme de stockage, d'une surveillance visant à détecter les défaillances;
  5. inclure des ventilateurs de refroidissement remplaçables à chaud;
  6. le système de refroidissement de la plate-forme de stockage doit être parfaitement redondant. Dans l'éventualité de la défaillance d'une composante, le système de refroidissement doit permettre à la plate-forme de stockage de continuer de fonctionner jusqu'à ce que les réparations puissent être effectuées.

5.2.5   Logiciels et gestion

La plate-forme de stockage doit offrir les logiciels et les fonctions de gestion suivants :

  1. tous les pilotes, les logiciels et les licences nécessaires pour assurer le fonctionnement de l'unité doivent être inclus. Si la plate-forme de stockage a recours, dans sa configuration de base, à une connectivité de type iSCSI, l'initiateur iSCSI approprié des clients Windows doit être fourni;
  2. la plate-forme de stockage doit comporter un système de gestion complet, à IUG, qui permet de surveiller, en temps réel, toutes les composantes de la plate-forme, en plus de signaler les défaillances ou les composantes dégradées;
  3. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit être une application de type Windows, il peut aussi s'agir d'une fonction intégrée sur le WEB ou JAVA accessible au moyen d'un navigateur standard;
  4. la plate-forme de stockage doit inclure les composantes nécessaires pour assurer la connectivité avec un réseau IP, soit par le biais d'une connexion Ethernet directe intégrée à la plate-forme, soit par le biais d'une connexion intrabande mettant en cause un ordinateur hôte relié par fibres optiques;
  5. la plate-forme de stockage doit transmettre les alertes SNMP, le courrier SMTP ou les accès extérieurs par réseau commuté à un téléavertisseur dans l'éventualité de la dégradation ou de la défaillance d'un périphérique de la plate-forme de stockage;
  6. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de visualiser intégralement l'ensemble du matériel installé ainsi que son état de fonctionnement courant;
  7. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de configurer tous les aspects de cette dernière;
  8. si l'unité présente le stockage en bloc sous forme de numéros d'unité logique, la plate-forme de stockage doit comprendre une fonction de masquage matricielle de ces numéros qui permet d'affecter des permissions explicites entre des unités logiques spécifiques et des ordinateurs hôtes SAN reliés. Cette caractéristique doit être réalisée et exécutée au niveau de l'unité de stockage;
  9. la plate-forme de stockage doit comprendre la possibilité, intégrée, de développer les ensembles RAID ou les unités logiques présentés aux ordinateurs hôtes. Cette fonction doit être accessible via l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage et être intégrée aux fonctionnalités de gestion des unités logiques et des RAID. Il s'agit, en l'espèce, de la possibilité d'agrandir la taille des ensembles RAID et des numéros d'unité logique au niveau matériel et, pour ce faire, il est inutile de prévoir, dans l'ordinateur hôte, un utilitaire devant manipuler cet espace au niveau du système d'exploitation.

5.3 Archivage sur disque de grande capacité

On trouvera ci-après une description d'une plate-forme d'archivage sur disque de grande capacité. L’unité peut être a) un mode bloc SAN; b) un mode fichier NAS; ou c) une VTL avec duplication.


5.3.1 Renseignements généraux

Chaque unité de sauvegarde sur disque doit respecter les exigences en matière de capacité et de plate-forme suivantes :

  1. les technologies et densités en matière de disques durs doivent être disponibles sur le marché, ce qui veut dire que le fabricant continue de les fabriquer et de les expédier aux clients en général;
  2. les technologies et densités en matière de disques durs doivent avoir été mises à l’essai et doivent être entièrement prises en charge dans la plate-forme de stockage par le fabricant de cette plate-forme;
  3. elle doit comprendre des lecteurs de disque dur ATA standard de série (SATA) présentant un débit de transfert de 3 Go/s, des lecteurs SCSI (SAS) prenant en charge un débit de transfert de 6 Go/s ou des lecteurs FC économiques (LCFC) offrant un débit de transfert de 4 Go/s;
  4. les options de disque disponibles doivent comprendre : 
    1. disques durs de densités surfaciques de 1 To avec une vitesse de rotation de 7 200 tours/minute
    2. pour répondre aux exigences en matière d’alimentation, des disques durs de densités surfaciques de 2 To avec une vitesse de rotation de 7 200 tours/minute et disques durs de densités surfaciques de 1 To avec une vitesse de rotation de 5 400 tours/minute pourraient être proposés si disponibles.
  5. doit pouvoir contenir au moins 90 lecteurs de disque dur;  
  6. doit offrir un système monté en bâti standard de 19 pouces, en plus de tout style de châssis par défaut offert;
  7. doit comporter des témoins ou un panneau ACL faisant état de l'alimentation, des activités et des anomalies;
  8. doit avoir des câbles d'alimentation ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer la connexion et le fonctionnement de l’unité de sauvegarde sur disque ainsi que de la documentation pour les utilisateurs.

5.3.2  Capacité et performances

L’unité doit :

  1. comprendre au moins quatre-vingt-dix (90) disques durs ATA standard de série (SATA), SCSI (SAS) ou lecteurs FC économiques (LCFC) compatibles RAID. Les unités doivent avoir une capacité de stockage totale d'au moins 90 To;
  2. inclure des lecteurs de disque fournis avec la plate-forme de stockage qui respectent les exigences minimales suivantes :
    1. SATA, SAS ou Fibre ATA,
    2. antémémoire incorporée de 16 Mo,
    3. vitesse de rotation de 7 200 tours/minute;
  3. inclure des disques qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme de stockage est en fonction, et qui ont recours à un système de contenants qui permet d'insérer et de retirer facilement les lecteurs;
  4. comporter un contrôleur matériel RAID intégré qui manipule les données des 90 lecteurs de disque et présente (a) des unités logiques, (b) des systèmes de fichier ou (c) qui est présenté sous forme virtuelle, de cartouches de bande, de systèmes de robotique et de logements de supports à un hôte relié;
  5. comprendre 512 Mo d'antémémoire d'écriture dans le contrôleur RAID intégré pour faciliter les opérations RAID;
  6. inclure un contrôleur qui prend en charge les configurations RAID suivantes :
    1. RAID-4 ou RAID-5 ou RAID-6,
    2. RAID-1 ou RAID-1+0 ou RAID-0+1;
  7. la plate-forme de stockage doit offrir un mécanisme de redondance de telle sorte qu'un contrôleur non touché puisse récupérer les défaillances des sous-systèmes des contrôleurs et que les ordinateurs hôtes reliés puissent continuer de fonctionner, sans interruption;
  8. les unités a) SAN doivent permettre de configurer au moins 10 ensembles RAID, selon l'une ou l'autre des configurations RAID obligatoires; elles doivent simultanément prendre en charge différents types de dispositifs RAID;

    les unités b) NAS, les ensembles RAID propres à l'unité ne doivent pas apparaître, aux ordinateurs hôtes, sous forme de blocs, mais être plutôt présentés sous forme de systèmes de fichier CIFS et NFS;

    les unités c) VTL, les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de cartouches de bande;

  9. pour les unités a) SAN ou b) NAS, doivent permettre d'affecter six (6) lecteurs de disque dur à titre d'unité de rechange à chaud globale, laquelle reconstitue automatiquement le contenu d'un lecteur de disque dur défaillant, dans un ensemble RAID insensible aux défaillances. Ce processus doit être entièrement automatisé, en cas de détection d'une défaillance d'un disque dans un ensemble RAID insensible aux défaillances;
  10. comprendre des lecteurs de disque dur qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme est en fonction. Dans l'éventualité où il s'avère nécessaire de retirer un disque dur, en prenant pour acquis que celui-ci fasse partie d'une configuration insensible aux défaillances de la plate-forme, il ne doit y avoir de perte de données ou de quelque autre forme de répercussions que ce soit sur la plate-forme de stockage;
  11. automatiquement reconstituer tout lecteur de disque dur remplacé lors de son insertion, sans intervention de l'utilisateur au pupitre de gestion, en prenant pour acquis qu'il s'agit de remplacer un lecteur de disque dur qui faisait partie d'une configuration insensible aux défaillances;
  12. inclure des fonctionnalités RAID intégrées à la plate-forme de stockage et ne nécessiter aucune fonctionnalité de l'ordinateur hôte.

5.3.3 Connectivité

  1. Les unités SAN doivent avoir recours à l'une des interfaces de mode bloc suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :
    1. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI ou FCoE;
    2. Canal à fibre optique de 8 Go.

    L'unité doit offrir quatre (4) interfaces de mode bloc avec l'ordinateur hôte. 

    Également, si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration par défaut.

  2. les unités NAS doivent inclure un système d’exploitation à micro-noyau conçu pour offrir des services de fichiers au système de fichier Internet commun (CIFS) et au client du système de fichier réseau (NFS) par l’entremise des interfaces Ethernet incluses. Le système d’exploitation à micro-noyau peut être un système d’exploitation basé sous Windows (WSS), Linux ou Unix.

    Au moins quatre interfaces Ethernet de 1 Go ou deux interfaces Ethernet de 10 Go doivent être fournies.

  3. les unités VTL doivent comprendre un déduplication des données en bloc de longueur variable ou fixe pour la cible et doit être protégée par la technologie RAID. La norme RAID-5 doit à tout le moins être prise en charge. Les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de dérouleur de bande standard, de systèmes de robotique et de logements de supports. Les unités VTL doivent avoir recours à l'une des interfaces suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :
    1. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI;
    2. Canal à fibre optique de 8 Go.

    Si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration implicite.

    REMARQUE : Pour les unités a) SAN et b) NAS, la plate-forme doit assurer la connectivité avec les plates-formes de serveur standard Intel fonctionnant sous Windows Server 2008.

    La plate-forme de stockage doit assurer la connectivité avec au moins 20 plates-formes de serveur standard Intel fonctionnant sous Windows Server 2008.


5.3.4  Alimentation et refroidissement

L'unité doit présenter les caractéristiques suivantes en matière d'alimentation et de refroidissement 

  1. offrir une alimentation suffisante pour faire fonctionner un système complet, tant sur le plan des contrôleurs que des tablettes logeant les lecteurs; 
  2. inclure une alimentation N+1 redondante et avoir recours à des blocs d'alimentation remplaçables à chaud;
  3. offrir une capacité de refroidissement suffisante pour prendre en charge une armoire complète, avec la capacité de stockage minimum obligatoire;
  4. tous les systèmes de refroidissement des contrôleurs du système ainsi que des lecteurs de disque dur doivent être redondants et faire l'objet, par le matériel de la plate-forme de stockage, d'une surveillance visant à détecter les défaillances;
  5. inclure des ventilateurs de refroidissement remplaçables à chaud;
  6. le système de refroidissement de la plate-forme de stockage doit être parfaitement redondant. Dans l'éventualité de la défaillance d'une composante, le système de refroidissement doit permettre à la plate-forme de stockage de continuer de fonctionner jusqu'à ce que les réparations puissent être effectuées.

5.3.5 Logiciels et gestion

La plate-forme de stockage doit offrir les logiciels et les fonctions de gestion suivants :

  1. tous les pilotes, les logiciels et les licences nécessaires pour assurer le fonctionnement de l'unité doivent être inclus. Si la plate-forme de stockage a recours, dans sa configuration de base, à une connectivité de type iSCSI, l'initiateur iSCSI approprié des clients Windows doit être fourni;
  2. la plate-forme de stockage doit comporter un système de gestion complet, à IUG, qui permet de surveiller, en temps réel, toutes les composantes de la plate-forme, en plus de signaler les défaillances ou les composantes dégradées;
  3. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit être une application de type Windows; il peut aussi s'agir d'une fonction intégrée sur le WEB ou JAVA accessible au moyen d'un navigateur standard;
  4. la plate-forme de stockage doit inclure les composantes nécessaires pour assurer la connectivité avec un réseau IP, soit par le biais d'une connexion Ethernet directe intégrée à la plate-forme, soit par le biais d'une connexion intrabande mettant en cause un ordinateur hôte relié par fibres optiques;
  5. la plate-forme de stockage doit transmettre les alertes SNMP, le courrier SMTP ou les accès extérieurs par réseau commuté à un téléavertisseur dans l'éventualité de la dégradation ou de la défaillance d'un périphérique de la plate-forme de stockage;
  6. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de visualiser intégralement l'ensemble du matériel installé ainsi que son état de fonctionnement courant;
  7. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de configurer tous les aspects de cette dernière;
  8. si l'unité présente le stockage en bloc sous forme de numéros d'unité logique, la plate-forme de stockage doit comprendre une fonction de masquage matricielle de ces numéros qui permet d'affecter des permissions explicites entre des unités logiques spécifiques et des ordinateurs hôtes SAN reliés. Cette caractéristique doit être réalisée et exécutée au niveau de l'unité de stockage;
  9. la plate-forme de stockage doit comprendre la possibilité, intégrée, de développer les ensembles RAID ou les unités logiques présentés aux ordinateurs hôtes. Cette fonction doit être accessible via l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage et être intégrée aux fonctionnalités de gestion des unités logiques et des RAID. Il s'agit, en l'espèce, de la possibilité d'agrandir la taille des ensembles RAID et des numéros d'unité logique au niveau matériel et, pour ce faire, il est inutile de prévoir, dans l'ordinateur hôte, un utilitaire devant manipuler cet espace au niveau du système d'exploitation.

5.4   Bande virtuelle

On trouvera ci-après une description des spécifications du dispositif de sauvegarde sur bande « virtuelle » incluant une déduplication des données en bloc de longueur variable ou fixe pour la cible.


5.4.1  Renseignements généraux

L'unité de bande virtuelle doit :

  1. permettre d'émuler les lecteurs de bande standard de l'industrie, être doté de caractéristiques sur le plan de la robotique ainsi que de logements de supports tout en se présentant, à un ordinateur hôte relié par fibres optiques, sous la forme d'une bandothèque connectée par fibres.
  2. être un produit construit en usine et actuellement disponible, qui a été conçu, testé et assemblé et dont un fournisseur unique assure la garantie, le soutien et l'entretien. L'intégration de composantes de tierces parties dans le but d'offrir les fonctionnalités obligatoires décrites dans le présent document sera jugée non conforme;
  3. offrir au moins 45 To d'espace de stockage brut. Cette capacité minimum doit être assurée au moyen de technologies et de densités actuelles en matière de disques durs, lesquelles sont testées et entièrement prises en charge dans la plate-forme de stockage par le fabricant de cette plate-forme;
  4. être présentée sous forme de système monté en bâti standard de 19 pouces;
  5. comporter des témoins ou un panneau ACL faisant état de l'alimentation, des activités et des anomalies;  
  6. doit avoir des câbles d'alimentation ainsi que toute autre composante connexe requise pour assurer la connexion et le fonctionnement de l’unité de sauvegarde sur disque ainsi que de la documentation pour les utilisateurs.  

5.4.2  Capacité et performances

L’unité doit :

  1. comprendre au moins quarante-cinq (45) disques durs ATA standard de série (SATA), SCSI (SAS) ou lecteurs FC économiques (LCFC) compatibles RAID. Les unités doivent avoir une capacité de stockage totale d'au moins 45 To;
  2. inclure des lecteurs de disque fournis avec la plate-forme de stockage qui respectent les exigences minimales suivantes :
    1. SATA, SAS ou Fibre ATA,
    2. antémémoire incorporée de 16 Mo,
    3. vitesse de rotation de 7 200 tours/minute.
  3. inclure des disques qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme de stockage est en fonction, et qui ont recours à un système de contenants qui permet d'insérer et de retirer facilement les lecteurs;
  4. comporter un contrôleur matériel RAID intégré qui manipule les données des 45 lecteurs de disque;
  5. être protégée par la technologie RAID. La norme RAID-5 doit à tout le moins être prise en charge. Les ensembles RAID intégrés à l'unité ne doivent pas apparaître, aux systèmes hôtes auxquels ils sont reliés, sous forme de blocs, mais être plutôt virtuels et présentés sous forme de cartouches de bande, de systèmes de robotique et de logements de supports tout en apparaissant, aux ordinateurs hôtes reliés par fibre, sous forme d'une bandothèque reliée de la même manière;
  6. comprendre 256 Mo d'antémémoire d'écriture protégée par une alimentation par batterie dans le contrôleur RAID intégré pour faciliter les opérations RAID-5.
  7. permettre d'affecter deux (2) lecteurs de disque dur à titre d'unités de rechange à chaud globales, lesquelles reconstituent automatiquement le contenu d'un lecteur de disque dur défaillant, dans un ensemble RAID insensible aux défaillances. Ce processus doit être entièrement automatisé, en cas de détection d'une défaillance d'un disque dans un ensemble RAID insensible aux défaillances;
  8. comprendre des lecteurs de disque dur qui peuvent être branchés à chaud, tandis que la plate-forme est en fonction. Dans l'éventualité où il s'avère nécessaire de retirer un disque dur, en prenant pour acquis que celui-ci fasse partie d'une configuration insensible aux défaillances de la plate-forme, il ne doit y avoir de perte de données ou de quelque autre forme de répercussions que ce soit sur la plate-forme de stockage;
  9. automatiquement reconstituer tout lecteur de disque dur remplacé lors de son insertion, sans intervention de l'utilisateur au pupitre de gestion, en prenant pour acquis qu'il s'agit de remplacer un lecteur de disque dur qui faisait partie d'une configuration insensible aux défaillances;
  10. inclure des fonctionnalités RAID intégrées à la plate-forme de stockage et ne nécessiter aucune fonctionnalité de l'ordinateur hôte;
  11. offrir une fonction de déduplication des données à la cible;
  12. offrir la reproduction asynchrone des données redondantes éliminées sur une connexion IP.

5.4.3 onnectivité

L'unité doit avoir recours à l'une des interfaces de mode bloc suivantes pour assurer la connectivité avec l'ordinateur hôte :

  1. Ethernet 1 Go ou 10 Go avec iSCSI ou FCoE,
  2. Canal à fibre optique de 4 ou 8 Go.

L'unité doit offrir deux (2) interfaces de mode bloc avec l'ordinateur hôte.

Si la plate-forme de stockage a besoin d'une interface bus avec l'ordinateur hôte exclusive pour bien fonctionner, cela doit être indiqué clairement et faire partie de la configuration par défaut.

La plate-forme de stockage doit assurer la connectivité avec au moins cinq (5) plates-formes de serveur standard Intel fonctionnant sous Windows 2008, Windows 2003, Solaris, HPUX, AIX ou Linux.


5.4.4 Alimentation et refroidissement

L'unité doit présenter les caractéristiques suivantes en matière d'alimentation et de refroidissement 

  1. offrir une alimentation suffisante pour faire fonctionner un système complet, tant sur le plan des contrôleurs que des tablettes logeant les lecteurs; 
  2. inclure une alimentation N+1 redondante et avoir recours à des blocs d'alimentation remplaçables à chaud;
  3. offrir une capacité de refroidissement suffisante pour prendre en charge une armoire complète, avec la capacité de stockage minimum obligatoire;
  4. tous les systèmes de refroidissement des contrôleurs du système ainsi que des lecteurs de disque dur doivent être redondants et faire l'objet, par le matériel de la plate-forme de stockage, d'une surveillance visant à détecter les défaillances;
  5. inclure des ventilateurs de refroidissement remplaçables à chaud;
  6. le système de refroidissement de la plate-forme de stockage doit être parfaitement redondant. Dans l'éventualité de la défaillance d'une composante, le système de refroidissement doit permettre à la plate-forme de stockage de continuer de fonctionner jusqu'à ce que les réparations puissent être effectuées.

5.4.5   Logiciels et gestion

La plate-forme de stockage doit offrir les logiciels et les fonctions de gestion suivants :

  1. tous les pilotes, les logiciels et les licences nécessaires pour assurer le fonctionnement de l'unité doivent être inclus. Si la plate-forme de stockage a recours, dans sa configuration de base, à une connectivité de type iSCSI, l'initiateur iSCSI approprié des clients Windows doit être fourni;
  2. la plate-forme de stockage doit comporter un système de gestion complet, à IUG, qui permet de surveiller, en temps réel, toutes les composantes de la plate-forme, en plus de signaler les défaillances ou les composantes dégradées;
  3. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit être une application de type Windows, il peut aussi s'agir d'une fonction intégrée sur le WEB ou JAVA accessible au moyen d'un navigateur standard;
  4. la plate-forme de stockage doit comprendre les composantes nécessaires pour assurer la connectivité avec un réseau IP via une connexion Ethernet directe intégrée à la plate-forme;
  5. la plate-forme de stockage doit transmettre les alertes SNMP, le courrier SMTP ou les accès extérieurs par réseau commuté à un téléavertisseur dans l'éventualité de la dégradation ou de la défaillance d'un périphérique de la plate-forme de stockage;
  6. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de visualiser intégralement l'ensemble du matériel installé ainsi que son état de fonctionnement courant;
  7. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de configurer tous les aspects de cette dernière, y compris tous les contrôleurs ainsi que toutes les antémémoires, les interfaces, les unités, les dispositifs RAID et les unités logiques, en plus des permissions visant les unités logiques;
  8. la plate-forme de stockage doit comprendre la possibilité, intégrée, de développer les ensembles RAID ou les unités logiques présentées aux ordinateurs hôtes. Cette fonction doit être accessible via l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage et être intégrée aux fonctionnalités de gestion des unités logiques et des RAID. Il s'agit, en l'espèce, de la possibilité d'agrandir la taille des ensembles RAID et des numéros d'unité logique au niveau matériel et, pour ce faire, il est inutile de prévoir, dans l'ordinateur hôte, un utilitaire devant manipuler cet espace au niveau du système d'exploitation.
  9. l'unité de bande virtuelle doit être directement prise en charge par trois (3) des logiciels de sauvegarde suivants : Symantec NetBackup ou Backup Exec, Tivoli TSM, Legato Networker, Computer Associates BrightStor, HP Data Protector et CommVault Simpana.  Le modèle de l'unité de bande virtuelle doit figurer dans la liste des produits pris en charge sur le site Web du soumissionnaire ou dans la documentation relative à la compatibilité publiée.
  10. Le soumissionnaire doit fournir la liste de logiciels de sauvegarde compatibles avec la bandothèque, incluant la liste des systèmes d’exploitation pris en charge.

5.5    Architecture d’archivage de type « grille »

On trouvera ci-après une description de l'archivage sur disque ou de système de sauvegarde basé sur une grille évolutive de plusieurs nœuds de stockage discrets dont les données sont réparties en parité sur les différents nœuds.   


5.5.1    Renseignements généraux

  1. La plate-forme doit offrir une grille évolutive de nœuds discrets pour l'archivage ou la sauvegarde des données.
  2. Les nœuds doivent être un produit construit en usine et actuellement disponible, qui a été conçu, testé et assemblé et dont un fournisseur unique assure la garantie, le soutien et l'entretien. L'intégration de composantes de tierces parties dans le but d'offrir les fonctionnalités obligatoires décrites dans le présent document sera jugée non conforme.
  3. Toutes les fonctions décrites doivent être propres au nœud de stockage et ne peuvent être assurées ou complétées par une application externe.
  4. Chaque nœud de stockage doit posséder son propre support de données et microprocesseur, doit avoir des capacités d’indexation ainsi qu’un niveau de gestion.
  5. Les nœuds doivent être directement compatibles avec le logiciel d’archivage ou de sauvegarde par l’intermédiaire d’une API ou de pilotes fournis avec l’unité ou avec le système d’exploitation.  Si une application externe complémentaire s'avère nécessaire pour l'archivage ou la sauvegarde, cela doit être indiqué clairement dans la réponse à l'appel d'offres.
  6. L'unité doit avoir recours à un algorithme d'archivage intelligent du contenu qui ne stocke les données archivées redondantes qu'une seule fois, de sorte qu'un contenu identique n'est copié qu'une fois, réduisant ainsi les besoins en espace. Une unité de stockage qui comprend des portraits de la situation à un moment choisi, afin que les données inchangées sur de multiples portraits soient stockées une seule fois, ce qui réduit les besoins en espace, est acceptable.
  7. L'unité doit permettre de stocker les données d’une manière non réinscriptible (WORM) formelle, pour que les données puissent être lues plusieurs fois tout en empêchant la modification des données.
  8. L'unité doit permettre de désigner les données stockées par rapport à des périodes ou des priorités de conservation spécifiques, de sorte que celles-ci puissent être stockées et finalement détruites, au besoin, selon les politiques arrêtées.

5.5.2    Capacité et performances

L’unité doit :

  1. inclure au moins quatre (4) nœuds avec au moins quatre (4) lecteurs de disque dur par nœud;
  2. offrir une capacité totale d'entreposage d'au moins 16 To de stockage brut, cette capacité pouvant être portée à au moins 64 To.
  3. avoir recours à une architecture de « grille » évolutive qui permet d'ajouter, à la volée, des nœuds et des disques additionnels sans perturber le fonctionnement du système. Ces composantes additionnelles doivent s'intégrer automatiquement à l'environnement de stockage existant et étendre la capacité utilisable sans l'intervention de l'administrateur;
  4. inclure des lecteurs de disque fournis avec la plate-forme de stockage qui respectent les exigences minimales suivantes :
    1. SATA, SAS ou Fibre ATA,
    2. antémémoire incorporée de 16 Mo,
    3. vitesse de rotation de 5 400 tours/minute;
  5. inclure plusieurs nœuds de stockage autonomes interconnectés pour une grande disponibilité afin que tous les nœuds puissent communiquer entre eux;
  6. les ensembles RAID et leurs capacités dans la grille de plate-forme de stockage ne doivent pas apparaître, aux ordinateurs hôtes. La capacité ne doit pas être prise en compte, de sorte que toutes les fonctions de gestion correspondantes s’exécutent dans la grille de plate-forme de stockage;
  7. les nœuds doivent pouvoir être branchés à chaud, tandis que la plate-forme de stockage est en fonction. Il ne doit y avoir aucune perte de données ou de quelque autre forme de répercussions que ce soit sur la plate-forme de stockage;
  8. permettre d’être remplacée sans intervention de l'utilisateur au pupitre de gestion;
  9. inclure toutes les fonctionnalités RAID ou offrir toute la parité et la protection des données à la grille de plate-forme de stockage et ne nécessiter aucune fonctionnalité de l’ordinateur hôte pour les opérations de protection des données..

5.5.3    Connectivité

L’unité doit :

  1. avoir recours à au moins deux interfaces Ethernet de 1 Go afin d'assurer la connectivité;
  2. inclure un réseau de commutation redondant aux fins de l'interconnexion des éléments de la grille ainsi que pour les communications internes principales.

5.5.4   Alimentation

L'unité doit présenter les caractéristiques suivantes en matière d'alimentation et de refroidissement 

  1. disposer d'une alimentation suffisante pour fonctionner;
  2. inclure une alimentation N+1 redondante et avoir recours à des blocs d'alimentation remplaçables à chaud;
  3. offrir une capacité de refroidissement suffisante pour prendre en charge une armoire complète, avec la capacité de stockage minimum obligatoire;
  4. tous les systèmes de refroidissement pour le ou les contrôleurs du système ainsi que les disques durs doivent être redondants et faire l'objet, par le matériel de la plate-forme de stockage, de mesures de surveillance visant à détecter les défaillances, en plus de signaler celles-ci par le biais d'indicateurs installés sur la face du système ou par des mécanismes d'alerte logiciels;
  5. inclure des ventilateurs de refroidissement remplaçables à chaud;
  6. le système de refroidissement de la plate-forme de stockage doit être parfaitement redondant. Dans l'éventualité de la défaillance d'une composante, le système de refroidissement doit permettre à la plate-forme de stockage de continuer de fonctionner jusqu'à ce que les réparations puissent être effectuées.

5.5.5    Logiciels et support

Le fonctionnement de la plateforme de stockage doit être certifié pour pouvoir fonctionner avec l'une es applications suivantes : 

  1. Symantec NetBackup, Enterprise Vault ou Backup Exec;
  2. Tivoli TSM;
  3. EMC Legato Networker;
  4. Computer Associates BrightStor;
  5. HP Data Protector;
  6. CommVault Simpana.

5.5.6    Gestion

La plate-forme de stockage doit offrir les logiciels et les fonctions de gestion suivants :

  1. tous les pilotes (à moins qu’ils soient inclus dans le système d’exploitation hôte), les logiciels et les licences nécessaires pour assurer le fonctionnement de l'unité doivent être inclus.
  2. les éléments de la grille doivent être présentés et gérés comme un groupe d'unités de stockage;
  3. la plate-forme de stockage doit comporter un système de gestion complet, à IUG, qui permet de surveiller, en temps réel, toutes les composantes de la plate-forme, en plus de signaler les défaillances ou les composantes dégradées; 
  4. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit être une application de type Windows, il peut aussi s'agir d'une fonction intégrée sur le WEB ou JAVA accessible au moyen d'un navigateur standard;
  5. la plate-forme de stockage doit inclure les composantes nécessaires pour assurer la connectivité avec un réseau IP, soit par le biais d'une connexion Ethernet directe intégrée à la plate-forme, soit par le biais d'une connexion intrabande mettant en cause un ordinateur hôte relié par fibres optiques;
  6. la plate-forme de stockage doit transmettre les alertes SNMP, le courrier SMTP ou les accès extérieurs par réseau commuté à un téléavertisseur dans l'éventualité de la dégradation ou de la défaillance d'un périphérique de la plate-forme de stockage;
  7. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de visualiser intégralement l'ensemble du matériel installé ainsi que son état de fonctionnement courant;
  8. l'interface utilisateur graphique de la plate-forme de stockage doit permettre de configurer tous les aspects de cette dernière;
  9. si l'unité présente le stockage en bloc sous forme de numéros d'unité logique, la plate-forme de stockage doit comprendre une fonction de masquage matricielle de ces numéros qui permet d'affecter des permissions explicites entre des unités logiques spécifiques et des ordinateurs hôtes SAN reliés. Cette caractéristique doit être réalisée et exécutée au niveau de l'unité de stockage;

Les groupes d'unités de stockage de la plate-forme de stockage doivent pouvoir être agrandis en ajoutant des nœuds de façon dynamique et en ligne.